Intelligence Amplifiée vs Intelligence Artificielle : exploration de 2 approches développementales ≠5 min read

Nous entendons souvent parler d’Intelligence Artificielle – personnellement j’en entends parler tous les jours 🙄 -, dans la robotique, les jeux vidéos et la médecine! Ces créations humaines purement électroniques et informatiques se rapprochant et dépassant l’intelligence humaine constituent vraisemblablement LE sujet du siècle.

Mais si le plus gros danger était en réalité tout autre ? Si il consistait en réalité à partir de notre Intelligence humaine et l’amplifier ? à l’infini ?

Que ce soit grâce la génétique, la cybernétique, ou encore par l’introduction d’appareils externes, l’Intelligence Amplifiée pourrait-elle se montrer plus efficace et aussi plus dangereuse que l’Intelligence Artificielle ? Cet article et les 3 suivants traiteront du sujet 😉

Avec l’essentiel de notre attention concentrée sur la montée de l’intelligence artificielle (AI) avancée, peu considèrent le potentiel de l’Intelligence humaine radicalement Amplifiée (IA). La question de cet article – qui reste ouverte – est la suivante :

 

Un cerveau stimulé par la technologie pourrait-il être aussi puissant – et dangereux – que l’IA ?

En tant qu’espèce, nous amplifions notre cerveau depuis des millénaires. Ou du moins, nous avons essayé de le faire. Soucieux de surmonter nos limitations cognitives, les humains ont tout mis en œuvre, de l’écriture au langage en passant par les techniques de méditation jusqu’à la nootropie d’aujourd’hui. Mais rien de tout cela ne se compare à ce qui est « en magasin ».

Contrairement aux efforts visant à développer une Intelligence Générale Artificielle (AGI), voire une Superintelligence Artificielle (SAI), le cerveau humain nous offre déjà une intelligence préexistante, ne l’oublions jamais. Alors étendre radicalement les capacités d’un esprit humain préexistant – que ce soit par le biais de la génétique, de la cybernétique ou de l’intégration de périphériques externes – pourrait donner lieu à quelque chose d’assez similaire à notre vision de l’IA avancée.

 

Alors quand on parle d’Intelligence Amplifiée, de quoi parle-t-on vraiment? Cherchons-nous à créer des Einstein ? Ou est-ce quelque chose de beaucoup plus profond?

D’après Michael Anissimov, futuriste, blogueur d’Accelerating Future et co-organisateur du Sommet de la singularité, le véritable objectif de l’IA est de créer des super-Einstein, des personnes qualitativement plus intelligentes que tout être humain ayant jamais vécu. Il y aurait plusieurs étapes sur le chemin.

La première étape consisterait à créer un lien neuronal direct vers l’information. Semblable à un « Google télépathique ».

La prochaine étape : à développer des interfaces cerveau-ordinateur qui augmentent le cortex visuel, la partie du cerveau la mieux comprise. Cela renforcerait nos capacités de visualisation et de manipulation spatiales. Imaginez être capable d’imaginer un modèle complexe avec une fiabilité et des détails élevés, ou d’apprendre rapidement de nouveaux modèles. Il y aura également des augmentations qui se concentrent sur d’autres parties du cortex sensoriel, comme le cortex auditif.

La troisième étape implique une véritable augmentation du cortex pré-frontal. C’est le Saint Graal de la recherche sur l’IA – améliorer la façon dont nous combinons les données de perception pour former des concepts. Le résultat final serait des super-McGyvers cognitifs, des personnes qui accomplissent des prouesses intellectuelles apparemment impossibles. Par exemple, surveiller les autres, battre le marché boursier ou concevoir des inventions qui changent le monde presque du jour au lendemain. Cela nous semble impossible maintenant, de la même manière que toutes nos réalisations scientifiques modernes auraient semblées impossibles à un humain de l’âge de pierre – mais la possibilité est réelle.

Pour qu’il en soit autrement, il faudrait qu’il existe un mystérieux plafond métaphysique sur l’intelligence qualitative qui existe miraculeusement juste au-dessus du niveau humain. Étant donné que l’humanité a été le premier organisme généralement intelligent à évoluer sur cette planète, cela semble hautement invraisemblable. Nous ne devrions pas nous attendre à ce que la version 1 soit la version finale, pas plus que nous ne devrions nous attendre à ce que la Model T soit la voiture la plus rapide jamais construite.

 

Dans les prochaines décennies, comment l’IA pourrait-elle se développer? Le cerveau humain est-il vraiment aussi fongible?

Le cerveau humain n’est pas vraiment fongible. C’est le produit de plus de sept millions d’années d’optimisation évolutive et de mise au point, c’est-à-dire qu’il est déjà hautement optimisé compte tenu de ses contraintes inhérentes. Les tentatives d’overclockage (qui ne connaît pas ?) l’entraînent généralement à la rupture, comme le démontrent les effets horribles de la dépendance aux amphétamines.

Les produits chimiques ne sont pas suffisamment ciblés pour générer des gains importants en performances cognitives humaines. Les preuves de l’efficacité des « médicaments améliorant le cerveau » actuels sont extrêmement fragmentaires. Pour réaliser de véritables progrès, il faudra des implants cérébraux connectés à des millions de neurones. Cela nécessitera des millions d’électrodes minuscules et un système de contrôle pour les synchroniser. Les interfaces cerveau-ordinateur à la pointe de la technologie ont actuellement environ 1 000 connexions. Ainsi, les appareils actuels doivent être multipliés par plus de 1 000 fois pour devenir intéressants. Même si vous supposez une amélioration exponentielle, il faudra un certain temps avant que cela soit possible – minimum 15 à 20 ans.

L’amélioration de l’analyse d’impact repose sur les progrès en matière de nano-fabrication. Les ingénieurs d’interface cerveau-ordinateur, comme Edward Boyden au MIT, dépendent des améliorations apportées à la fabrication pour construire ces dispositifs. La fabrication est le pivot sur lequel tout le reste dépend. Étant donné que les technologies de fabrication à la précision atomique sont très peu développées, l’auto-assemblage à l’échelle nanométrique apparaît comme le moyen le plus probable de parvenir à des interfaces cerveau-ordinateur comportant des millions d’électrodes. L’auto-assemblage à l’échelle nanométrique n’est pas précis sur le plan atomique, mais il est précis selon les normes de la fabrication en vrac et de la photolithographie.

Wided

Étudiante en 3ème année de psychologie, j'ai pu acquérir au cours de mon cursus des connaissances dans divers domaines tels que la cognition, la psychologie du développement, les neurosciences ou encore en domaines d'ouverture : l'ergonomie des systèmes homme/machine. ⭐ En parallèle, et à travers de multiples formations, séminaires et lectures personnelles (cf Sources), je m’intéresse de plus près à la programmation informatique, aux développement de l'IA et des applications numériques de nouvelle génération. ⭐ Ainsi, au confluent de tout cela, mes publications concernent les partenariats homme-machine, les neurosciences & la psychologie, ainsi que l'IA (actualités et développements) et répondent aux questions suivantes : Comment le cerveau humain apprend-il ou réapprend-il des connaissances ? Comment interagit-il avec des objets technologiques ou avec d'autres cerveaux ? Je vous souhaite une bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page
FrenchEnglish