Négativité de discordance (mismatch negativity – MMN)

La négativité de discordance est une réponse électrique du cerveau provoquée par n’importe quel changement dans un son ou motif sonore à partir du moment où la mémoire garde la trace des précédents stimuli. Lorsque le stimulus de changement est introduit dans une magnitude moindre, alors la négativité de discordance est atténuée en amplitude, jusqu’à disparaître complètement au seuil de discrimination.

Par conséquent, la négativité de discordance fournit un indice objectif de précision dans la détermination de toutes les différentes caractéristiques auditives chez un sujet ou un patient, telles que la fréquence, l’intensité sonore ou même les stimuli sonores complexes comme des sons de voix différentes.

De plus, des améliorations à travers l’entraînement de différents types de capacités auditives de discrimination sont mises en lumière grâce à une plus grande amplitude de la négativité de discordance. De tels changements apparaissent notamment lorsqu’un individu est exposé à un certain environnement linguistique (par exemple, lorsque des enfants finnois entrent dans une crèche française), un nouveau-né est exposé à son ou sa langue maternelle ou encore lorsqu’un adulte étudie une langue étrangère.

La négativité de discordance peut également être utilisée comme un indice de durée de la mémoire sensorielle en ce qui concerne l’audition. Ces informations démontrent que la durée de la mémoire auditive est d’eviron 10 secondes chez les jeunes adultes en bonne santé, mais qu’elle se raccourci avec l’âge, jusqu’à devenir extrêmement courte chez des patients montrant des troubles dégénératifs du cerveau tels que la maladie d’Alzheimer.

En conclusion, les études sur le sujet prises dans leur ensemble suggèrent que La négativité de discordance offre un indice unique de plasticité générale du cerveau.

https://www.college-de-france.fr/site/christine-petit/The-Mismatch-Negativity-MMN-a-Unique-Index-of-Sound-Discrimination.htm

« Back to Glossary Index

Wided

Étudiante en 3ème année de psychologie, j'ai pu acquérir au cours de mon cursus des connaissances dans divers domaines tels que la cognition, la psychologie du développement, les neurosciences ou encore en domaines d'ouverture : l'ergonomie des systèmes homme/machine. ⭐ En parallèle, et à travers de multiples formations, séminaires et lectures personnelles (cf Sources), je m’intéresse de plus près à la programmation informatique, aux développement de l'IA et des applications numériques de nouvelle génération. ⭐ Ainsi, au confluent de tout cela, mes publications concernent les partenariats homme-machine, les neurosciences & la psychologie, ainsi que l'IA (actualités et développements) et répondent aux questions suivantes : Comment le cerveau humain apprend-il ou réapprend-il des connaissances ? Comment interagit-il avec des objets technologiques ou avec d'autres cerveaux ? Je vous souhaite une bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page
FrenchEnglish