IRM fonctionnelle (IRMf)

L’IRMf est une technique d’imagerie cérébrale (Cf définition IRM) mesurant in vivo l’activité des aires du cerveau en détectant les changements locaux de flux sanguin.

En effet, elle fondée sur l’observation en temps réel des variations d’oxygénation du sang, sans injection de traceur radioactif. C’est une version moderne et récente de l’IRM qui détecte l’oxygène consommé par les neurones.

 

Principe

Le travail des neurones s’accompagne d’une augmentation du débit sanguin cérébral d’environ 50%, non compensée par une augmentation équivalente de la consommation en oxygène qui est d’environ 5%. On fait alterner chez le patients des périodes d’activité, comme bouger un membre et des périodes de repos. La localisation des zones activées est basée sur l’effet BOLD (Niveau d’oxygène dans le sang/Blood Oxygen Level Dependant) correspondant à l’aimantation de l’hémoglobine contenue dans les globules rouges.

Les globules rouges oxygénés par les poumons contiennent une molécule non active, l’oxyhémoglobine alors que les globules rouges désoxygénés suite à la consommation par les neurones contient la désoxyhémoglobine, active et visible en IRM. Dans les zones en activité, l’augmentation de la consommation d’oxygène par les neurones est compensée par un afflux de sang entrainant paradoxalement une diminution de la concentration de désoxyhémoglobine. Mais cette diminution de concentration en désoxyhémoglobine diminue la susceptibilité magnétique et on observe donc une augmentation localisée et faible (1 à 5 %) du signal T2 dans la zone activée par rapport à l’état de repos. C’est cette faible variation qui sera mesurée dans l’IRMF.

http://gfme.free.fr/diagnostic/irm.html

 

Pour en savoir plus, notamment sur le signal T2 :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Imagerie_par_r%C3%A9sonance_magn%C3%A9tique_fonctionnelle

https://www.rim-radiologie.fr/irm.php

« Back to Glossary Index

Wided

Étudiante en 3Ăšme annĂ©e de psychologie, j'ai pu acquĂ©rir au cours de mon cursus des connaissances dans divers domaines tels que la cognition, la psychologie du dĂ©veloppement, les neurosciences ou encore en domaines d'ouverture : l'ergonomie des systĂšmes homme/machine. ⭐ En parallĂšle, et Ă  travers de multiples formations, sĂ©minaires et lectures personnelles (cf Sources), je m’intĂ©resse de plus prĂšs Ă  la programmation informatique, aux dĂ©veloppement de l'IA et des applications numĂ©riques de nouvelle gĂ©nĂ©ration. ⭐ Ainsi, au confluent de tout cela, mes publications concernent les partenariats homme-machine, les neurosciences & la psychologie, ainsi que l'IA (actualitĂ©s et dĂ©veloppements) et rĂ©pondent aux questions suivantes : Comment le cerveau humain apprend-il ou rĂ©apprend-il des connaissances ? Comment interagit-il avec des objets technologiques ou avec d'autres cerveaux ? Je vous souhaite une bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page
FrenchEnglish