THE WAY IT FEELS

PSYCHOLOGIE • NEUROSCIENCES • AI • SANTÉ • ACTUALITÉS

Dépression, traitement à la psilocybine & start-up à un milliard de dollars13 min read

La dépression est la principale cause de handicap dans le monde (Source : OMS). Le coût total des problèmes de santé mentale s’élève à plus de 4 % du PIB dans l’UE (Source : OCDE). Ce sont ces chiffres qui enflamment les décideurs politiques. Mais c’est un événement beaucoup plus proche de nous qui a poussé les cofondateurs mariés de COMPASS Pathways à l’action.

Le fils de George Goldsmith et de Katya Malievskaia avait développé une grave dépression. L’ensemble standard de médicaments antidépresseurs et la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ne fonctionnaient pas. Ce qui est loin d’être étrange car un tiers des patients dépressifs sont considérés comme « résistants au traitement » : leur fils était l’un d’entre eux.

Katya, docteur en médecine interne et experte en santé publique, est restée debout tard la nuit à parcourir les revues universitaires à la recherche de solutions potentielles lorsqu’elle a découvert des recherches à petite échelle qui mettaient en évidence le potentiel thérapeutique de la psilocybine.

Champignons, Agaric, Kleinpilz, Champignons Forestiers

Un peu d’histoire…

La psilocybine est l’ingrédient psychédélique des champignons magiques. Les champignons magiques ne sont autres que l’appellation des champignons de psilocybine. Les cultures indigènes bénéficient de l’utilisation des champignons magiques depuis des siècles. Mais ce n’est qu’avec la découverte du LSD, au milieu du 20ème siècle, que les cultures occidentales ont commencé à leur tour à expérimenter les drogues psychédéliques. Ces substances ont rapidement été associées à la contre-culture des années 60, en particulier aux protestations contre la guerre du Vietnam, et il n’a pas fallu longtemps pour qu’elles soient interdites par les lois nationales et les conventions internationales dans le cadre de l’assez aléatoire « Guerre Contre les Drogues » (War On Drugs).

L’effet de cette législation pour la recherche médicale et les sciences de la vie a été dévastateur. Les scientifiques du monde entier qui tentaient d’étudier le potentiel clinique de ces molécules particulières se sont trouvés confrontés à une jungle impénétrable de réglementations lourdes et coûteuses qui ont obligé la quasi-totalité des recherches à s’arrêter pendant un demi-siècle.

 

Renaissance psychédélique & premières recherches scientifiques

Les substances psychédéliques mentionnées à plusieurs reprises sont les substances qui activent le récepteur de sérotonine 2A, le récepteur qui est impliqué vraiment dans les effets psychédéliques : expérience mystique, dissolution de l’égo… ces substances ne sont pas addictives.

La psilocybine est naturellement présente dans plus de 200 espèces de champignons. Cependant, les chercheurs sont tenus de synthétiser artificiellement leur propre psilocybine pure afin qu’elle soit de qualité suffisante pour un usage médical. Au cours de la dernière décennie, les commentateurs ont salué une renaissance psychédélique, car la nouvelle technologie d’imagerie cérébrale et l’aide d’organisations à but non lucratif (financement participatif) ont permis aux scientifiques d’acquérir des connaissances sur le potentiel thérapeutique de ces substances interdites, dépassant toutes les attentes.

On observe ainsi aujourd’hui une multiplication des études sur les drogues psychédéliques : le LSD pour le traitement de l’anxiété, la psilocybine (l’ingrédient actif des champignons magiques dont on parle aujourd’hui) pour le sevrage tabagique et le traitement de la dépression ou encore, également pour le traitement de la dépression, l’ayahuasca (qui contient un hallucinogène appelé DMT).

« Administrées dans des conditions soigneusement contrôlées, les drogues psychédéliques peuvent créer un émerveillement et une connexion avec une sorte de royaume divin, qui provoquent de vrais changements comportementaux », affirme le directeur de la mise en œuvre et des partenariats du BCCSU, Kenneth Tupper.

 

La naissance de la start-up COMPASS

Les nouvelles techniques d’imagerie par IRMf ont ainsi permis aux scientifiques de mieux comprendre l’état psychédélique réel du cerveau et les essais sur les patients ont indiqué que la thérapie à la psilocybine pourrait être plus efficace que les traitements de la dépression actuellement sur le marché.

George et Katya ont donc fondé C.O.M.P.A.S.S. en 2015 en tant qu’organisation à but non lucratif avec pour mission d’aider au développement de la psilocybine à des fins thérapeutiques. Après un projet réussi mais à petite échelle sur l’île de Man, ils ont réalisé que la charge réglementaire était telle que leur capacité à atteindre les patients en tant qu’organisation à but non lucratif était sévèrement limitée. C’est après une réunion particulièrement frustrante de 4 heures avec l’Agence européenne des médicaments, à laquelle a assisté un expert renommé dans le domaine, le professeur David Nutt, qu’ils ont décidé de se lancer dans une start-up pharmaceutique. Ils ont accueilli Lars Wilde, diplômé d’une école de commerce et entrepreneur en série, dans l’équipe fondatrice et ont entrepris de lever des capitaux pour Compass Pathways.

Outre le bagage scientifique de Katya, George est un entrepreneur en série qui se spécialise dans l’aide aux entreprises dans leurs négociations avec les organismes de réglementation. Mais il a eu du mal à convaincre les investisseurs de verser leur argent dans un secteur notoirement risqué où même les fondateurs les plus accomplis sont totalement dépendants du succès des futures études cliniques. C’est peut-être leur histoire personnelle ou le penchant de la Silicon Valley pour les psychédéliques qui les a aidés à réunir près de 40 millions de dollars. Parmi leurs investisseurs figurent le cofondateur de Paypal, Peter Thiel, le financier Mike Novogratz, devenu crypteur à Wall Street, et plusieurs sociétés de capital-risque européennes.

Le champignon magique s’est imposé et le couple dispose maintenant des fonds nécessaires pour synthétiser leur propre psilocybine et lancer des essais cliniques détaillés au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Finlande, au Portugal et aux États-Unis sur l’utilisation de la psilocybine dans le traitement de la dépression résistante.

Que peut attendre un patient d’une thérapie à la psilocybine ?

Contrairement aux médicaments antidépresseurs (par exemple les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, ISRS), le patient n’est pas obligé de s’auto-administrer de la psilocybine. Mais contrairement à la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), les séances de psilocybine sont totalement non-directives.

Mise en situation : si vous étiez un patient suivant une thérapie à la psilocybine, vous rencontreriez un thérapeute quelques semaines avant votre voyage afin de faire connaissance et de vous préparer mentalement à ce qui risque d’être une expérience extrêmement étrange. Le voyage proprement dit se déroule dans une pièce meublée de meubles moelleux et équipée d’un système de sonorisation haute-fidélité qui joue une musique assez neutre. Le même thérapeute est présent pour guider le patient en douceur et l’encourager à rester ouvert à l’expérience, mais il n’est pas là pour engager une quelconque conversation intellectuelle avec lui. Un thérapeute compare ce rôle à celui d’une sage-femme qui rassure avec compassion une mère qui accouche. Et, comme pour l’accouchement, les patients déclarent que leur voyage est l’une des expériences les plus significatives et les plus profondes de leur vie.

Cela contraste avec le rôle du thérapeute cognitivo-comportemental qui, à travers la conversation socratique, agit comme l’expert qui oriente le patient vers la réponse. Dans la thérapie à la psilocybine, le patient est son propre expert.

Après le traitement, les patients disent avoir l’impression que leur cerveau a été relancé et que leur spirale constante de boucles de pensée ruminantes a été temporairement remplacée par une conscience accrue remplie d’un beau chaos qui leur a montré comment échapper à la narration de soi négative qui avait emprisonné leur esprit.

Que se passe-t-il réellement dans le cerveau ?

Il a été démontré que la psilocybine réduit le flux sanguin vers le réseau du Mode Par Défaut (MPD). Le MPD est un centre de transport très actif qui relie différentes parties de votre cerveau pour créer ce que vous percevez comme votre état de conscience standard. Au fur et à mesure que nous passons de l’enfance à l’âge adulte, ces connexions neuronales se renforcent mais sont également plus limitées. C’est pourquoi les enfants peuvent avoir une vision étrange mais créative du monde – leur cerveau est plus plastique et libre d’établir des connexions inhabituelles – alors que les adultes ont tendance à être plus figés dans une pensée standard.

Dans l’état psychédélique, le MPD est supprimé, ce qui amène le cerveau à réorganiser son réseau habituel de liens neuronaux en un nouvel état dit d’hyperconnectivité où des connexions nouvelles et inhabituelles se forment entre différentes parties du cerveau. Cela revient à nous ramener à un état de conscience plus libre, semblable à celui d’un enfant.

 

Image for post

Connectivité fonctionnelle du cerveau sous placebo (a) par rapport à la psilocybine (b). Il n’y a pas d’augmentation du nombre de connexions neurales mais les connexions à l’état psychédélique sont beaucoup moins contraintes (hyperconnectivité).

 

Les patients dépressifs sont pris au piège dans une ornière de pensées négatives et, comme des traces dans la neige, plus ils ruminent, plus ces liens se renforcent et donc plus les ornières se creusent. La psilocybine, en supprimant temporairement le MPD, agit comme un chasse-neige en aplanissant ces traces profondes, permettant à l’esprit du patient d’échapper à l’ornière de la dépression et de vagabonder librement à travers des pensées et des émotions jusqu’alors inexplorées.

Le Mode Par Défaut est également très impliqué dans le maintien de votre sens du moi, de votre ego – cette voix narrative à l’intérieur de votre tête qui vous sépare du reste du monde. Pour les patients dépressifs, cette voix intérieure de l’ego est souvent pernicieuse et trop active. La TCC et la thérapie de la pleine conscience visent à combattre ce phénomène en encourageant les patients à s’identifier moins à leurs pensées et à leurs émotions. Cependant, il s’agit d’un processus difficile et exigeant en termes de ressources. Le sentiment de rétrécissement de son propre ego – accompagné d’un sentiment croissant d’interconnexion avec une tapisserie universelle de conscience – a longtemps été signalé par les utilisateurs de psychédéliques ; cependant, ce n’est que maintenant que nous commençons à comprendre le mécanisme et son potentiel thérapeutique. Les effets de dissolution de l’ego de la psilocybine peuvent aider les patients à acquérir un sentiment de paix intérieure qui leur reste après que les effets hallucinogènes se sont dissipés et à atteindre en quelques heures ce qui prend des mois dans une thérapie par la parole.

L’amygdale est une petite partie de votre cerveau en forme d’amande, responsable du traitement des émotions négatives telles que le stress et la peur. Les antidépresseurs ISRS traditionnels agissent en réduisant la réponse de l’amygdale aux émotions négatives, dont certains ont observé qu’elle provoquait un effet secondaire indésirable d’émoussement affectif chez les patients. Les scientifiques ont été surpris de constater que la réactivité de l’amygdale était accrue après l’administration de la pilule. Cela les a amenés à émettre l’hypothèse que, alors que les antidépresseurs pouvaient renforcer la déconnexion émotionnelle, la thérapie à la psilocybine amenait les patients à affronter et à travailler sur toutes les émotions – en acceptant les négatives tout en appréciant davantage les bons moments, comme ceci :

Succès et controverses

COMPASS a démontré suffisamment de preuves cliniques préliminaires que la psilocybine peut constituer une amélioration substantielle par rapport au traitement disponible pour la dépression résistante au traitement pour que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis la désigne comme « thérapie innovante ». Cela signifie que la FDA aidera COMPASS en accélérant le développement clinique de son produit.

Cependant, le succès de COMPASS l’a mis à couteaux tirés avec de nombreux membres de la communauté psychédélique. Peu après la désignation par la FDA, Quartz a publié un article détaillant les allégations selon lesquelles COMPASS avait trompé ses chercheurs, mis en danger la sécurité des patients dans leur hâte de mettre le produit sur le marché et adopté les pires tactiques de l’industrie pharmaceutique pour dominer le domaine. L’article citait les préoccupations de 9 experts en psilocybine qui avaient auparavant travaillé avec COMPASS sous sa forme non lucrative mais qui se sentaient maintenant profondément trahis par son approche corporative. Cet article s’est rapidement répandu parmi les passionnés de psychédéliques. Pour la plupart des lecteurs, c’était la première fois qu’ils rencontraient COMPASS et l’image qu’il dépeignait d’un « couple de millionnaires menaçant de créer un monopole sur les champignons magiques » a suffi à persuader nombre d’entre eux que des élites égoïstes essayaient une fois de plus de ruiner la fête.

COMPASS est une start-up – elle n’a pas encore de service de communication – et le ton de leurs deux déclarations écrites en réponse, qui affirmaient que leurs critiques étaient « malicieusement biaisées », semblait inefficace pour réfuter de manière adéquate les allégations spécifiques faites contre eux et ne faisait que confirmer à de nombreux lecteurs qu’ils étaient les mauvais.

COMPASS : les défis du futur

Image for post

George rencontre une file d’étudiants de l’UCL et de la LSE

L’un des plus grands défis qu’ils devront relever sera de former suffisamment de thérapeutes dans une pratique très différente de la TCC traditionnelle. Toutefois, la cohorte d’étudiants de l’UCL qui se bousculent pour avoir la chance de se présenter et d’échanger des cartes de visite avec les fondateurs est un signe positif de l’intérêt marqué d’une nouvelle génération de diplômés talentueux.

La réaction brutale de la communauté psychédélique aux signes de succès n’est sans doute que le début. Si COMPASS continue à progresser en franchissant les étapes réglementaires nécessaires, il ne manquera pas d’attirer davantage l’attention des médias grand public. Malgré les preuves scientifiques du contraire, il sera probablement trop tentant pour de nombreux journaux de s’en prendre à « ce couple qui cherche à empoisonner nos enfants avec ses champignons hippie« . Il serait peut-être souhaitable qu’ils engagent un responsable de la communication à plein temps.

Ils seront également confrontés au défi des grandes entreprises pharmaceutiques qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher un concurrent de prendre une part de l’importante tarte aux antidépresseurs. Bien sûr, cela pourrait être en fin de compte la stratégie de sortie de COMPASS. Dans 15 ans, il pourrait être difficile pour eux de convaincre leurs investisseurs (ou même eux-mêmes) qu’ils doivent refuser une offre de plusieurs milliards de dollars d’un opérateur historique.

La nature du secteur est telle qu’il est tentant d’affirmer que, dans dix ans, COMPASS sera soit une entreprise milliardaire qui aura utilisé un ancien composé psychédélique pour transformer des vies, soit simplement un investissement risqué de Thiel qui aura mal tourné. Quoi qu’il en soit, les résultats des recherches révolutionnaires menées par COMPASS profiteront en fin de compte à chacun d’entre nous. Un coup de chance de la censure politique signifie que ce domaine de recherche est encore très nouveau et que COMPASS est à l’avant-garde. Un tel territoire inexploité est susceptible de contenir de nombreuses inconnues. Peut-être que COMPASS guidera la voie vers des découvertes improbables qui pourraient avoir des implications sociétales beaucoup plus larges pour notre compréhension de la conscience.

Affaire à suivre !

Wided

Étudiante en 3ème année de psychologie, j'ai pu acquérir au cours de mon cursus des connaissances très larges dans divers domaines tels que la cognition, la psychologie du développement, les neurosciences ou encore en domaines d'ouverture : l'ergonomie des systèmes homme/machine. ⭐ En parallèle, et à travers de multiples formations, séminaires et lectures personnelles (cf Sources), je m’intéresse de plus près à la programmation informatique, aux développement de l'IA et des applications numériques de nouvelle génération. ⭐ Ainsi, au confluent de tout cela, mes publications concernent les partenariats homme-machine, les neurosciences & la psychologie, ainsi que l'IA (actualités et développements) et répondent aux questions suivantes : Comment le cerveau humain apprend-il ou réapprend-il des connaissances ? Comment interagit-il avec des objets technologiques ou avec d'autres cerveaux ? Je vous souhaite une bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page