5 questions pour Chen Tianqiao8 min read

Qui est Chen Tianqiao ?

 

Chen Tianqiao est un investisseur, homme d’affaires et philanthrope chinois milliardaire. En 1999 il a fondé la société de jeux vidéo en ligne Shanda et l’a introduit en bourse en 2004. Son IPO sur le NASDAQ a levé 151 800 000 dollars. Il est reconnu comme pionnier et constructeur de l’industrie du jeu en ligne et de la littérature en ligne en Chine (Shanda est aussi une maison d’édition*). Devenu milliardaire à l’âge de 30 ans, il aurait pu bénéficier d’une retraite anticipée s’il le voulait. Mais il a soudainement « disparu ».

En 2010, Chen a déménagé à Singapour avec sa famille. Il a privatisé Shanda et a vendu les actions qu’il détenait encore dans ses filiales. Il n’aurait pas été le premier milliardaire dotcom à sortir du marché jeune et passer le reste de sa vie à profiter de son argent mais ce n’est pas la raison pour laquelle le jeune milliardaire s’est éloigné du monde des affaires.  Au milieu des années 2000, alors que Shanda était à son apogée, il a commencé à souffrir d’intenses crises d’angoisse aiguës débilitantes, aggravées par une peur du cancer. « Je me souviens de certaines nuits où je me réveille et mon cœur fait boum, boum, boum. J’ai réalisé que quelque chose de terrible m’arrivait. » dit Chen. La seule façon de survivre était de quitter l’entreprise qu’il avait créée.

Après avoir passé plusieurs années à Singapour à rechercher quelle serait sa prochaine action, Chen a opté pour la philanthropie avec un objectif très spécifique : le cerveau. Il a mis de côté 1 milliard de dollars pour financer la recherche sur les neurosciences, dont 115 millions de dollars pour créer le Tianqiao & Chrissy Chen Institute for Neuroscience au CIT (California Institute of Technology ou CalTech). On peut dire que c’est l’un des plus grands cadeaux jamais consacrés à la recherche scientifique fondamentale, et Chen & sa femme ont depuis déménagé dans la Silicon Valley pour « superviser leurs dons ».  Maintenant âgé de 45 ans, Chen veut aider les gens qui souffrent comme il a pu souffrir dans le passé. En parallèle il est également fasciné par les mystères scientifiques qui pourraient être révélés par une meilleure compréhension du cerveau – ainsi que par les opportunités commerciales qui pourraient en découler. (Sa société d’investissement a soutenu des dizaines d’entreprises de technologie de pointe, avec un intérêt particulier pour la réalité virtuelle.)

Au cours d’une conversation de deux heures aux côtés de sa femme, Chrissy, dans leur nouvelle maison dans l’Upper East Side (New York), Chen a évoqué le lien entre sa foi bouddhiste et l’étude du cerveau, le besoin qu’a la technologie de résoudre les problèmes qu’elle a créé et pourquoi il ne s’inquiète pas du soulèvement des robots. Et voici quelques questions que j’ai sélectionné parmi celles qui lui ont été posées lors de l’entretien :

 

 

L’interview​

L’interview a été reformulé et condensé pour être plus clair*

 

Interviewer : Saviez-vous que l’accent scientifique allait être mis sur les neurosciences ? Est ce que ça a toujours été une évidence pour vous ?

Non, et je vais vous dire. Les neurosciences sont un goulet d’étranglement pour comprendre notre cerveau. J’ai toujours dit aux gens que bien que nous nous concentrions sur les neurosciences, en fin de compte, ma vision de l’Institut Chen est l’intégration verticale des différentes disciplines liées au cerveau et à l’esprit. Donc les neurosciences, mais aussi la psychiatrie, la psychologie, la sociologie et la philosophie. La théologie aussi. Je veux combiner toutes ces disciplines différentes, mais jusqu’à présent, je vois les goulets d’étranglement dans les neurosciences, parce que nous essayons de résoudre ce problème de manière purement scientifique.

Nous avons une approche descendante et une approche ascendante. Nous nous demandons depuis des milliers d’années : qui sommes-nous ? Pourquoi souffrons-nous ? Qu’est-ce que le vrai bonheur ? Qu’est-ce que la conscience ? Je pense que l’approche descendante vient de la religion, de la philosophie, de la sociologie et de toutes ces choses. Il y a même des milliers d’années, les philosophes pouvaient se poser ces questions. Personne ne peut vous empêcher de penser cela. Mais l’approche descendante fait face à certains problèmes parce que les gens modernes disent toujours: « Montrez-moi ».

 

Effectivement. Ils veulent des preuves et des données.

Exact. « Montrez-moi les faits. » Les neurosciences sont la discipline qui peut le faire. Prenons la psychiatrie, par exemple. Jusqu’à présent, un diagnostic psychiatrique repose encore principalement sur un entretien. C’est encore principalement subjectif. Je parle aux doyens des services de psychiatrie et je leur demande : « Quand pourrez-vous installer l’imagerie ? Quand pourrez-vous installer une sorte de biomarqueur pour détecter la dépression ? »

Je pense que j’ai des troubles mentaux et je crois vraiment qu’il doit y avoir quelque chose de mal, un produit chimique ou quelque chose dans mon cerveau. Par exemple, quand je prends un avion, je suis un gars très rationnel et je sais que c’est le moyen de transport le plus sûr, mais j’ai toujours peur. Mais après avoir pris une pilule, elle a soudainement disparu. Cela montre ce qu’on appelle la peur, la dépression psychiatrique, vous pouvez la détecter, de manière scientifique. Mais c’est comme si la psychiatrie s’arrêtait là. Les neurosciences sont un goulet d’étranglement pour comprendre notre cerveau. Je suis très déçu de cela. Le cancer peut être détecté de différentes manières. Mais jusqu’à présent, le cerveau et l’esprit, c’est toujours la même chose qu’il y a 50 ans. Je pense donc que c’est le bon moment pour nous de faire quelque chose.

 

.  .  .

 

Pourquoi l’approche philanthropique ? Un milliard de dollars, c’est beaucoup d’argent alors pourquoi choisir cette voie plutôt que d’investir ?

Nous avons étudié différentes façons d’améliorer certains des investissements philanthropiques, mais je pense que pour ce qui est du cerveau et l’esprit, nous devons choisir une méthode à but non lucratif parce que nous ne comprenons pas certains des aspects fondamentaux du cerveau. C’est un goulot d’étranglement. Et toutes ces recherches sont toujours à l’université ou à l’institut, qui est une organisation à but non lucratif. Par exemple, Elon Musk a déclaré qu’il souhaitait intégrer des puces dans le cerveau [par le biais de sa startup Neuralink]. Et nous avons parlé à des neuroscientifiques de CalTech, et ils ont dit sans façon, c’est dans 50 ans au moins.

Je pense que nous considérons notre approche comme humble. Nous voulons apporter un soutien fondamental aux scientifiques et nous voulons résoudre des questions fondamentales. Nous ne nous contentons pas seulement de gagner de l’argent.

 

 .  .  .

 

Y a-t-il un travail en cours à l’Institut Chen qui vous excite particulièrement ?

Ouais. Par exemple, au Centre d’Interface Cerveau-Machine, Richard Andersen peut simuler la sensation du toucher et du sens en manipulant le cerveau d’un patient paralysé. Le patient paralysé, sous une certaine partie, peut n’avoir aucune sensation. Mais Richard stimule quelque chose, puis le patient peut dire: « Oh, quelqu’un me chatouille. »

Cela prouve en fait l’une de mes hypothèses selon laquelle le monde n’est en réalité que de la perception.

 

.  .  .

 

Le monde n’est que perception ?

C’est une autre question philosophique. Le monde est-il réel ou virtuel ? Je pense vraiment qu’il est virtuel. Parce que si nos yeux, nos yeux nus, peuvent avoir la même fonction qu’un microscope, bien sûr un microscope est plus réel que nos yeux nus, non ? Quand je vous vois, ça devrait être juste des atomes dans les cellules ici et là, et je pourrais voir dans l’air combien de molécules de H2O, combien d’atomes d’oxygène flottant ici et là. C’est réel. Mais ce que je vois, c’est ce que notre œil nu édite. C’est de la perception.

Un autre scientifique, notre directeur David Anderson, peut manipuler les émotions d’une souris. Lorsqu’il allume un bouton, la souris est soudainement très paisible. Lorsqu’il en allume un autre, la souris se bat soudainement. Toute l’agression est contrôlée par un groupe de neurones. C’est donc une autre de mes hypothèses – que nous sommes des « robots chimiques ».

À l’avenir, je pourrais peut-être mettre un casque et télécharger des logiciels, et ce logiciel peut activer les neurones – je pourrais peut-être créer un monde pour vous. C’est possible.

 

Serait-ce une bonne chose, pensez-vous ?

Je ne parle que de la vérité. Pas de bon ou de mauvais, pas de jugement de valeur. Bien sûr, que ce soit bon ou mauvais est très important. Mais pour l’instant, je veux juste vous dire à quel point la technologie, en particulier la technologie neuroscientifique, pourrait exister dans notre futur.

 

The End

 

.  .  .

 

 Comme vous avez pu le voir, les questions vont crescendo. Elles traitaient d’avantage de la perception du monde selon Chen d’un point de vue psychologique/philosophique que je trouve extrêmement intéressante. Bien que je ne connaisse pas ses réelles intentions, le personnage a l’air réellement fasciné par l’étude du cerveau.

Je le rejoins sur pas mal de points comme le fait qu’il pense que les neurosciences seules ne nous amèneront pas réellement plus loin mais qu’il faille les lier (et pas juste en surface) à d’autres disciplines telles que la psychologie (ce qu’il appelle « goulet d’étranglement des neurosciences ») ou encore que le monde n’est que perception (cf cet article). Il a pu croiser sa foi avec ce qu’il a pu endurer émotionnellement et psychiquement (stress intense, crises d’angoisse) et avec son intérêt au cerveau et à l’esprit ce qui donne de l’authenticité à ses propos.

La semaine prochaine, dans un nouvel article, Chen répondra aux questions sur l’introduction de l’AI dans un futur proche.

Wided

Étudiante en 3Ăšme annĂ©e de psychologie, j'ai pu acquĂ©rir au cours de mon cursus des connaissances dans divers domaines tels que la cognition, la psychologie du dĂ©veloppement, les neurosciences ou encore en domaines d'ouverture : l'ergonomie des systĂšmes homme/machine. ⭐ En parallĂšle, et Ă  travers de multiples formations, sĂ©minaires et lectures personnelles (cf Sources), je m’intĂ©resse de plus prĂšs Ă  la programmation informatique, aux dĂ©veloppement de l'IA et des applications numĂ©riques de nouvelle gĂ©nĂ©ration. ⭐ Ainsi, au confluent de tout cela, mes publications concernent les partenariats homme-machine, les neurosciences & la psychologie, ainsi que l'IA (actualitĂ©s et dĂ©veloppements) et rĂ©pondent aux questions suivantes : Comment le cerveau humain apprend-il ou rĂ©apprend-il des connaissances ? Comment interagit-il avec des objets technologiques ou avec d'autres cerveaux ? Je vous souhaite une bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page
FrenchEnglish